BERNARD SANCHEZ

PHOTOGRAPHIE
DE
PAYSAGE

 

 

Parcours photographique 

 

- Prix d’excellence au Concours International BALLANTINE’S

 - Différents travaux pour le Conseil Général du Var (service environnement)  et le Conseil Régional PACA (clichés placés en photothèque ).

- Exposition au Laboratoire photographique professionnel ARLEQUIN Marseille. 

- Exposition à la banque BNP Marseille.

- Lauréat au concours du Conseil de l’Europe “Protection de la Nature” avec la réalisation d’un calendrier reprenant le thème.

 - Parution dans Chasseur d’Images (Election du photographe du mois)

 - Elu photographe de l’année pour le thème de la montagne par la revue Réponses Photo. Publication  suivie d’une exposition itinérante dans les galeries FNAC de France.

- 1er Prix au concours photo des Guides Michelin sur le thème paysages de France décembre.

- Exposition à la maison de la culture d’Aubagne.

- Exposition à La Maison de la Nature et de l’Environnement (Conseil Général) . 

- Exposition au Cannet dans le cadre du festival photographique de Cannes.

- Exposition au Palais des Festivals de Cannes.

- Exposition à L'hippodrome de Marseille avec l'association Phocal.

- Collaborations régulières  avec le magazine PAYS DE PROVENCE ET ALPES MAGAZINE (commandes sous forme de dossiers thématiques sur les paysages de Provence).

-Parutions sur mon approche photographique et portfolios auprès des magazines REPONSES PHOTO et  PHOTO FAN.

 

 Matériel Photographique:

Canon 5D MARK 2/ Objectifs: 24 mm- 28mm-200mm.

Chambre ARCA-SWISS en 6*7 et 6*9 /Objectifs : 55mm-75mm-150mm.

PENTAX 6*7 /  Objectifs : 45mm-55mm-105mm et 200mm.

PARC NATIONAL DES CALANQUES

 

Présentation de la zone géographique

 

Cet ensemble naturel n’a pas d’équivalent sur la frange côtière  française. Les conditions climatiques extrêmes liées à un passé géologique tumultueux ont façonné un paysage semi-désertique unique sur quelques kilomètres seulement.

Ce territoire est considéré comme le pôle de sécheresse le plus marqué sur le continent et ses précipitations sont les plus faibles de France. Les vents y soufflent presque en permanence : mistral, vent d’est et vents marins décapent  la roche inlassablement en lui donnant des formes étranges et fantasmagoriques. Ainsi la pierre et le minéral burinés par le temps façonnent des paysages extraordinaires. Les plantes subissent des contraintes, dont les conséquences visibles sont  la présence d’une flore particulière, typique, adaptée à un milieu aride.

 

 Ma démarche  photographique : un regard d’auteur, un choix esthétique

 

Dans ces conditions climatiques sévères, le paysage des Calanques, âpre et désolé , me fascine incontestablement. Ce qui m’attire ici, en tant que photographe, est de révéler la force dramatique et le pouvoir émotionnel que suggèrent ces excroissances minérales, brûlées par la chaleur et « rongées jusqu’à l’os » par les éléments. Recherchant une autre lecture du paysage loin du ciel bleu azur "rassurant" méditerranéen, la matière doit s’exprimer à l'état brut : rochers nus, arbres toumentés, ciels d'orages...

Travailler mes images en noir et blanc est une démarche délibérée me permettant d’aller à l'essentiel : la mise en valeur des formes, des volumes et des textures.Je m’appuie sur la force des contrastes pour créer une ambiance et une athmosphère particulière.

J’espère aussi, par le biais de la photographie, sensibiliser sur la fragilité de ces lieux soumis à une pression de plus en plus forte du fait de nos activités humaines qui mettent en péril l’équilibre précaire de cet écosystème.Une grande ville comme Marseille et sa métropole de plus de 1 200 000 d'habitants,  se trouvent a un "saut de puce" de cet espace naturel.A cela il faut rajouter la pression touristique notamment estivale, avec pratiquement 1 500 000 visiteurs par an.Malgrè la creation du Parc National en 2011,la gestion de la surfréquentation,autant terrestre que maritime, et de la lutte contre les incendies restent un enjeu majeur.